Documents pour le service

Un Afro-américain dans le CEF

Des milliers d'américains se sont enrôlés dans le Corps Expéditionnaire Canadien au cours de la Première guerre mondiale - Harrison Webster était l'un des quelques Afro-américains à la faire. Natif de Fergus Fall dans le Minnesota, il s’enrôlât dans le deuxième Bataillon de Construction du Saskatoon en octobre 1916.

Exemption pour un ouvrier de l'industrie de guerre

Ce certificat affirme que l'ouvrier Alvery Babineau d'une usine de munitions du Nouveau Brunswick était exempté de la conscription, au moins jusque des hommes en moins bonne santé soient appelés.

"En règle au regard de la loi sur le Service militaire"

Ce certificat servait au canadiens de preuve qu'ils n'avaient pas esquivés ou éviter de faire leurs obligations au regard de la loi sur le Service militaire.

Permis de mariage drake

Permission de se marier

Le soldat Harold Drake, comme tous ses compagnons d'armes, avaient besoin de la permission de son officier commandant pour se marier et devait fournir des documents pour se faire.

Laissez passer

Laissez-Passer militaire, 1917

Il a été délivré ce laissez-passer Fleetwood Berry de Meaford, Ontario, afin qu'il s'absente de son cantonnement à Toronto en 1917. Des laissez-passer identiques étaient délivrés aux soldats en permission.

Certificat de formation

Certificat de formation d'urgence en temps de guerre: mécanique

La loi de formation de la jeunesse de 1939 a donné naissance au Programme de formation d'urgence en temps de guerre (1940-1946) afin de fournir une formation technique aux individus servant dans les forces armées et les industries de guerre.

Etiquette 1

Etiquette d'identification de victime

Cette étiquette était habituellement épinglée à la vareuse, indiquant que le lieutenant Sams avait été évacué vers l'Angleterre depuis le 10ème Hôpital Général canadien avec une blessure légère à la jambe.

Un mariage outre mer

Lorsqu'un soldat canadien se mariait outre mer, il était important que les papiers administratifs soient soumis aux autorités compétences, afin de s'assurer que la paie et les allocations étaient créditées à la bonne personne.

Pages