World War I

Illustrated War News, 16 février 1916

The Illustrated War News est un magazine hebdomadaire britannique publié durant la Première guerre mondiale. Chaque numéro contient des photos, des dessins, des articles et des cartes illustrant l’effort de guerre des troupes alliées, pour les lecteurs du Royaume-Uni, du Canada et de Terre-Neuve.

Illustrated War News, 23 février 1916

The Illustrated War News est un magazine hebdomadaire britannique publié durant la Première guerre mondiale. Chaque numéro contient des photos, des dessins, des articles et des cartes illustrant l’effort de guerre des troupes alliées, pour les lecteurs du Royaume-Uni, du Canada et de Terre-Neuve.

Illustrated War News, 24 mars 1915

The Illustrated War News est un magazine hebdomadaire britannique publié durant la Première guerre mondiale. Chaque numéro contient des photos, des dessins, des articles et des cartes illustrant l’effort de guerre des troupes alliées, pour les lecteurs du Royaume-Uni, du Canada et de Terre-Neuve.

Illustrated War News, 31 mars 1915

The Illustrated War News est un magazine hebdomadaire britannique publié durant la Première guerre mondiale. Chaque numéro contient des photos, des dessins, des articles et des cartes illustrant l’effort de guerre des troupes alliées, pour les lecteurs du Royaume-Uni, du Canada et de Terre-Neuve.

Une ville dévastée

Après la destruction d’une partie de la ville d’Halifax suite à l’explosion de 1917, toutes les scènes ayant représenté l’Europe ravagée par la guerre – des édifices en ruine, des débris éparpillés, des rangées de corps non-identifiés – marquaient désormais le paysage canadien.

Voir le PDF: PDF icon Halifax Explosion.pdf

«Gaz! Gaz! Vite, les gars!»

Pour les soldats qui s’entraînaient lors de la Première guerre mondiale, le masque à gaz n’était pas qu’une pièce d’équipement essentielle, mais également parfois un drôle d’accessoire pour faire la pose devant la caméra.

Le Corps de santé royal canadien recrute !

Cette carte de recrutement est typique, en ce qu’elle promet d’amener les volontaires au front rapidement, mais elle se distingue également en vantant l'utilité d'une telle formation pour le développement professionnel après la guerre.

Le rationnement en Grande-Bretagne pendant la guerre

Le médecin torontois Norman Harris joignit le Corps de santé royal canadien en 1916, et fut affecté en 1918 à l’hôpital canadien de Seaford, dans le sud de l’Angleterre. Cette carte lui permettait d’acheter des denrées rationnées dans un magasin local.

Un autre Noël loin de la maison

Le menu était impressionnant, mais une note en bas de page prévenait de la possibilité d’avoir à se contenter de rations en conserve à la dernière minute.

Noël en Allemagne

La guerre étant terminée, les soldats du 5e bataillon célébrèrent les fêtes de 1918 en Allemagne, où ils servaient avec les forces d’occupation.

L'un des premiers

Charles Pocock de Montréal s'est enrôlé dans le Corps Expéditionnaire Canadien dès le début de la Première Guerre mondiale, ce qui lui permit de rejoindre l'association des membres originels du 13ème Bataillon.

A ceux de Maganetawan

L'école de Maganetawan au nord de l'Ontario, a dédié cette plaque à ces concitoyens ayant servi durant la Première guerre mondiale et a aussi distribué des portfolios souvenir de ce monument.

La tombe d'un soldat canadien

Nelson Hodgson de la 1ère Division "Ammunition Column" a été tué au combat aux environs de Passchendaele en novembre 1917. La photographie de sa tombe, près d'Ypres en Belgique, a été envoyé à sa famille à Guelph, Ontario.

L'homme du Canada à Versailles

Sir George Foster, le sujet de cette caricature par un artiste italien, était l'un des principaux délégués à la Conférence de Paix de Paris après la Première guerre mondiale.

Le YMCA et les ex-soldats

Cette carte, donnée à chaque soldat canadien de retour à la fin de la Première guerre mondiale, offrait une adhésion de six-mois dans toute YMCA du Canada.

Sain et sauf

Cette adaptation de la chanson populaire "Home, Sweet Home" a été probablement interprétée pour les soldats retournant au Canada en 1918 et en passant par Québec en 1919.

Les fantômes de Vimy

La peinture de Longstaff était très populaire et largement reproduite, mais qui ne fut pas offusqué de voir une entreprise funéraire la diffuser à des fins publicitaires?

La guerre comme argument de vente

Afin de capitaliser sur l'humeur général du public, Dodds-Simpson Press a fait parvenir ses publications aux familles canadiennes dont l'un des membres était sous les drapeaux - leurs adresses ayant été communiquées par le gouvernement fédéral.

Voir le PDF: PDF icon War Pictorial.pdf

Pour les réfugiés belges

En 1914, les récits de civils belges déplacés par l'invasion allemande incitèrent de nombreux canadiens à lever des fonds pour les réfugiés. Albert, le roi des Belges, était un symbole populaire dans ces efforts de collecte de fonds.

Daniel McDonald, étranger et ennemi?

Durant la première guerre mondiale, les biens des étrangers ennemis pouvaient être saisis par le gouvernement fédéral -une possibilité qui générait du travail supplémentaire pour les tribunaux et les professions de justice.

Pages