Le commerce et l'industrie

La Guerre jusqu’à présent…

Smart-Woods était l’un des plus grands fabricants de sacs, de tissus, de toiles et de vêtements, mais ses produits font à peine l’objet d’une mention dans ce magazine publicitaire, qui offre un compendium de statistiques sur les nations impliquées dans la Première guerre.

Voir le PDF: Sacklopedia.pdf

« Gardiennes de nos foyers »

En s’adressant aux femmes, qui contrôlaient quatre de chaque cinq dollars dépensés au Canada, Charlotte Whitton expliquait les concepts d’inflation, du contrôle des prix, ainsi que l’influence que pouvaient avoir ces femmes dans l’effort de guerre.

Devenir un consommateur averti

Cette simple brochure, publiée à Saint Jean au Nouveau-Brunswick, n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de pamphlets offrant aux femmes de la publicité ainsi que des astuces sur la façon de gérer les pénuries de temps de guerre.

Voir le PDF: Homemaker.pdf

L’achat d’assurances : un geste patriotique

Citant un vers du poète Frederick George Scott, une compagnie d’assurances s’inspira du patriotisme de la Première guerre et de ses stratégies publicitaires.

Le lèche-vitrine pendant la guerre

Ces photos, peut-être prises à Vancouver, montrent un étalage consacré à la publicité encourageant l’achat de timbres d’épargne de guerre.

La guerre de tous les points de vue

Le magnat de la presse britannique Lord Northcliffe publia une histoire contemporaine de la Grande guerre, dont les profits furent versés à la British Red Cross Society et à l’Ordre de saint Jean.

La guerre si loin…

Du fait que les combats avaient lieu dans des régions méconnues des Canadiens, les cartes géographiques des zones de guerre étaient particulièrement populaires, puisqu’elles vulgarisaient des événements complexes et permettaient aux civils de bien comprendre les dernières nouvelles en provenance du front.

Permis d’essence et livret de coupons de rationnement

La consommation d’essence était contrôlée au Canada pendant la guerre, grâce à l’emploi de livrets de coupons de rationnement comme celui-ci.

Un guide de Londres pour les visiteurs alliés

Ce guide de Londres décrit tout ce que la capitale a à offrir aux visiteurs alliés, des musées aux voies ferrées souterraines, en passant par ses théâtres, et ce même pendant la guerre.

Comment découvrir Paris

Ce guide décrit les monuments, l’architecture et les attractions touristiques populaires après des soldats alliés à Paris, après la libération de la ville durant la Deuxième guerre mondiale.

Voir le PDF: How to see Paris .pdf

Imperial Oil Review, été 1940

Imperial Oil publia ce périodique pour renseigner ses actionnaires et ses employés sur l’industrie pétrolière au Canada, ainsi que sur le rôle de la Imperial Oil dans l’effort de guerre canadien.

Imperial Oil Review, été 1943

Imperial Oil publia ce périodique pour renseigner ses actionnaires et ses employés sur l’industrie pétrolière au Canada, ainsi que sur le rôle de la Imperial Oil dans l’effort de guerre canadien.

Imperial Oil Review, été 1944

Imperial Oil publia ce périodique pour renseigner ses actionnaires et ses employés sur l’industrie pétrolière au Canada, ainsi que sur le rôle de la Imperial Oil dans l’effort de guerre canadien.

Votre périple à travers les rocheuses canadiennes: vers l’ouest!

Pendant la guerre, le Canada tenta d’attirer les touristes américains et leur pouvoir d’achat au pays. Venez faire l’expérience de la nature sauvage des rocheuses canadiennes grâce à la voie Canadian Pacific, comprenant des arrêts dans les hôtels, dans les stations de vacances et dans les attractions touristiques!

Achetez canadien!

Pendant la Seconde guerre mondiale, le gouvernement fédéral fit la promotion énergique d’une stratégie d’achat local, afin de prévenir la fuite de capitaux provoquée par l’achat de biens fabriqués à l’étranger.

Fabriqué au Canada

Ce calque multilingue fut créé en 1943, possiblement pour être posé sur du matériel de guerre canadien, comme des véhicules destinés à l’exportation.

Des cadeaux pratiques pour les soldats au front

Il en incombait aux Canadiens de songer à leurs proches au front et de leur envoyer parfois des cadeaux – achetés, bien sûr, d’entreprises locales.

Auto-stop pour soldats

L'auto-stop était une pratique commune dans les années 1940. Ce signe placé sur le tableau de bord ou sur la fenêtre indiquait que le conducteur serait heureux de transporter toute personne sous l'uniforme.

Rouler en temps de guerre

Le gouvernement fédéral mit en place des limites strictes sur l'achat d'essence pendant la Seconde guerre mondiale, mais des suppléments étaient disponibles pour les occasions particulières.

Les fantômes de Vimy

La peinture de Longstaff était très populaire et largement reproduite, mais qui ne fut pas offusqué de voir une entreprise funéraire la diffuser à des fins publicitaires?

Pages