Musique

O Canada!

Ce livret commémore la composition de "Oh Canada!" et rappelle son importance durant la Seconde guerre mondiale.

Voir le PDF: PDF icon O Canada!

En saluant Johnny Canuck

Sans doute la chanson la plus populaire au Canada au début de la guerre, ce titre de Manley rendait hommage aux soldats alliés mais avec un salut spécifique pour Johnny Canuck.

Voir le PDF: PDF icon Good Luck.pdf

En kaki pour vaincre la haine allemande

Présentée comme "la plus jolie et la plus entraînante des chansons de guerre", ce titre de Foley demandait aux Canadiens de se souvenir du destin de la Belgique lorsqu'ils se battaient.

Voir le PDF: PDF icon Strike.pdf

La chanson de Marche du Canada

Cet air patriotique, disponible dans plusieurs arrangements pour orchestre, fanfare militaire, chorales masculine ou mixtes, faisait l'éloge de l'héritage britannique de justice et de paix.

Une mélodie des tranchées

Rice, sans doute le plus connu des soldats-compositeurs canadien, prétendait avoir trouver cet air lors d'un tour de garde à Ypres. Alors Responsable des ventes à Montréal, Rice s'était engagé dans l'Artillerie de Campagne au début de la guerre.

Voir le PDF: PDF icon Dear Old Pal.pdf

Aucun Hun cruel ne pourrait les faire s'enfuir

L'unité de l'Empire dans une cause commune était le thème de cette passion patriotique, qui mêle les métaphores animalières et où l'on entend le "rugissement du lion".

Voir le PDF: PDF icon Boys of the Empire.pdf

La seule couleur qui compte

D'après cette chanson, le kaki (la couleur des uniformes des soldats canadiens) était la couleur la plus à la mode en 1915.

Voir le PDF: PDF icon Khaki.pdf

Une infirmière canadienne regarde vers son pays

La seule dimension guerrière de cette chanson, présentée comme "l'un des grands succès du moment" est l'illustration représentant une infirmière.

Voir le PDF: PDF icon Take Me Back.pdf

Chanter le Canada

Un autre morceau chanté par Milfred Manley, "l'enfant chantant du Canada" : un chant typiquement patriotique qui ne faisait qu'effleurer la réalité de la guerre.

Voir le PDF: PDF icon I Love You.pdf

Une chanson du camp de Petawawa

Dennis Bryan était un mécanicien de Medford, Massachussets, venu au Canada pour s'enrôler dans l'Artillerie de Campagne canadienne en mai 1917. Un mois plus tard, il écrivit cette chanson, sur l'air de The Battle Hymn of the Republic", en honneur au camp de Petawawa, Ontario. Bryan a survécu à la guerre mais son fils Roland est mort à Dieppe durant la Seconde guerre mondiale.

Tirer les moustaches du Kaiser

Le compositeur a dédié ce titre à son "ami de toujours" Frederic Langstone, qui a rejoint la 5ème Batterie de l'Artillerie de Campagne canadienne au début de la guerre. Gradué du Harbord Collegiate Institute de Toronto, Langstone est mort au combat en avril 1918.

Voir le PDF: PDF icon When Jack.pdf

Un lien avec l'Empire

Dédié à l'Ordre Impérial des filles de l'Empire, ce morceau a été publié à titre privé avant le départ des troupes canadiennes pour les champ de batailles européens.

Voir le PDF: PDF icon Stand by.pdf

D'ex soldat à futur soldat

Cette chanson était destinée à être vendu par les soldats démobilisés pour leur procurer une source de revenu et pour encourager d'autres jeunes hommes à marcher dans leurs pas.

Voir le PDF: PDF icon Rally Boys.pdf

La valse d'un soldat

Le cordonnier de Toronto Henry Hancok s'était enrôlé dans le 83ème Bataillon en 1915, il fut blessé au cours de l'offensive de la Somme en 1916 avec le 2ème Bataillon, et devint compositeur après la guerre.

Voir le PDF: PDF icon Privett Waltz.pdf

Pour les cavaliers de Mississauga

Cette chanson, dont les paroles ont été écrites par la poétesse Jean Blewett, était dédiée au 9ème de Cavalerie de Mississauga, une unité de la région de Toronto.

Voir le PDF: PDF icon King George's Men.pdf

Soldats loin de chez eux

Ornée de l'image d'un souriant soldat du 21ème Bataillon, cette chanson témoignait du mal du pays des soldats servant outre mer.

Une drôle de chanson de marche

Ecrite par un des compositeurs canadiens à succès, cette chanson était interprétée par Little Mildred Manley, "un phénomène vocal" et la fille du compositeur.

Voir le PDF: PDF icon What the deuce.pdf

Hymnes nationaux des alliés

Ce pot-pourri d'hymnes nationaux a été présenté à l'Exposition Nationale Canadienne de 1915 à Toronto.

Tipperary Tommy

Inspirée par la chanson britannique "It's a Long Way to Tipperary", cette adaptation n'avait que peu de contenu canadien, si l'on excepte la feuille d'érable sur la couverture.

Voir le PDF: PDF icon Tipperary Tommy.pdf

D'employé de banque à soldat

Peu après avoir écrit cette chanson, l'employé de banque de Toronto Gordon Dagger s'est enrôlé dans le 257ème bataillon de la Force Expéditionnaire Canadienne.

Voir le PDF: PDF icon There's a corner.pdf

Pages