Se détendre

Un départ de Kingston

Avant de partir outre-mer, le 21ème bataillon a organisé un semaine de célébrations publiques, avec des défilés, du sport et des jeux pour la population de Kingston et des environs.

Femme en uniforme

Femmes en Uniforme

Durant la Première guerre mondiale, il était assez habituelle de voire des femmes poser pour des photographies avec des uniformes appartenant à leurs êtres aimés.

Le jour de l’armistice

George Faatz s'est engagé en septembre 1915 à St Thomas, Ontario, et a survécu et envoyé cette carte à un ami le jour où l’armistice prît effet. Avant cela, cette carte aurait été détruite par les censeurs en raison de la mention manuscrite en haut de celle-ci.

Thé avec la princesse Mary

Dans cette carte à sa famille, Andrew Brider d'Hamilton, Ontario décrit un thé pris avec un membre de la monarchie dans le château de Windsor en 1917.

V pour Victoire

Le V de la Victoire de Churchill

Lorsque cette enveloppe a été postée en juillet 1942, le cours de la guerre ne s'était pas encore inversé - mais au moins les alliés en étaient arrivés à ce que Churchill appelât "le début de la fin".

Victoire

Bombardiers pour la victoire

Une autre de ces enveloppes spéciales vendus pendant la guerre, celle-ci avec une formation de bombardiers en V et le code morse V comme Victoire.

Marche de la Victoire

La marche de la Victoire à London, le 2 mai 1919

Un message d'un soldat non identifié : "J'ai eu ces cartes le 12 juillet à Londres. Suis maintenant à la YMCA de Portsmouth. Il pleut dehors. Je vais essayer de faire un tour en avion cet après-midi. Jour de la célébration de la paix, le 19 juillet 1919".

Le premier contingent à Valcartier

Des cartes postales de Valcartier où les premières unités de la Force expéditionnaire canadienne avant de s'embarquer vers l'Angleterre en 1914 étaient des souvenirs populaires durant la Première guerre mondiale. Cet image montre des unités de Montréal.

135ème bataillon

Insigne du 135ème Battalion

Cette carte postale a été produite en Angleterre, probablement peu de temps avant que le 135ème bataillon, originaire de London, Ontario et de ses environs, ne soit démantelé.

Dieu prenne soin de toi

Un instant de tendresse ...

Cette image d'un couple s'embrassant a été envoyé par un soldat canadien à sa femme aurait pu être considéré comme un peu lascive à l'époque de la Première guerre mondiale.

Se battre pour la France

Une carte postale sentimentale de fabrication française, envoyé par un soldat canadien sa soeur résidant en Ontario en 1915.

retraite

Vie militaire en 1914

Imprimé au début de la Première guerre mondiale pour faire la satire de la vie militaire, ces cartes ont été envoyées par un soldat depuis Valcartier, Québec à sa famille à Melfort, Saskatchewan.

Nouvelle Ecosse

Une longue marche d'entraînement

Un soldat de Nouvelle-Ecosse décrit une marche d'entrainement de sa brigade, impliquant 6.000 hommes dans une formation longue de plus de trois miles.

Marine est là

La Marine est là

Cette enveloppe patriotique, avec le navire de guerre et les emblèmes croisés, célébrait la Marine royale canadienne.

l'effort de guerre canadien

L'effort de guerre canadien

Une des nombreuses enveloppes commémoratives honorant l'effort de guerre canadien pendant la Seconde guerre mondiale.

Bingo pour les soldats

Le Bingo était l'un des nombreux moyens utilisés pour récolter de l'argent pour ravitailler les soldats outre mer avec des cigarettes.

La famille impériale

La relation entre la Grande Bretagne, le Canada, l'Australie et la Nouvelle Zélande telle que décrit un dessinateur pendant la première guerre mondiale.

But

Marquer contre le Kaiser

Pendant la Première guerre mondiale, il était courant d'utiliser la connexion entre le sport et la guerre - comme dans cette carte postale représentait un ballon de football aux couleurs de l'Union Jack.

Se battre pour en finir

Le lion britannique triomphe

Cette carte postale, montrant le lion britannique dominant l'aigle allemand, était une représentation générique - le mot "Canadiens" pouvait être replacé par le nom d'une autre nationalité ou unité.

Comment se nourrissaient les officiers..

George Parker, un coiffeur qui s'était engagé dans la Force expéditionnaire canadienne en septembre 1915, écrivait à sa femme au sujet de son travail pour le mess de son unité :procurer de la nourriture aux officiers.

Voir le PDF: PDF icon Parker.pdf

Pages