Produire

Sans emploi

La Deuxième guerre mondiale avait apporté le plein emploi au Canada mais aussi la loi sur l'assurance chômage. Cette carte indiquait que Ethel Cooper avait reçu un livret d’assurance chômage après avoir cessé de travailler dans une usine de munitions de la région de Toronto.

Les profiteurs et les fraudes

Le Parti Libéral a diffusé cette brochure sur les profiteurs de guerre, les arrangements entre amis et les fraudes dans la fabrication et la vente de munition pour l'effort de guerre canadien afin d’embarrasser le gouvernement conservateur.

Voir le PDF: Shell and Fuse.pdf

La main d'oeuvre et la guerre

Cette brochure, publiée en association avec l'Institut Canadien des Affaires Internationales, offrait un aperçu dans les problèmes, les attitudes et les aspirations des ouvriers d'industrie canadien.

Voir le PDF: Labour and the War.pdf

Les scandales de guerre du gouvernement Borden

Publiée par le Parti Libéral, cette brochure critique l'action et le comportement du gouvernement Borden pendant la guerre. On note en particulier les accusations de pénurie, de retard dans la production et de la peur toujours présente des profiteurs de guerre.

Voir le PDF: War Scandals

Produire le tank Ram

Ce timbre honorait la fabrication des tanks Ram au Canada, et utilisait un slogan de la Première guerre mondiale à cet effet.

Sabotage dans une usine de Walkerville

En 1915, l'usine Peabody de Walkerville, Ontario, qui produisait des uniformes, a été visée par des saboteurs germano-américains. Ces derniers retournèrent aux Etats Unis après avoir frappé.

Les femmes dans les usines de munitions

Ce texte était conçu pour montrer la valeur du travail féminin dans le secteur de la fabrications des munitions grâce à des photographies prises au Canada par la Commission impériale des munitions.

Voir le PDF: Munitions.pdf

La deuxième ligne de front

Dans cette brochure reproduisant un de ses discours, C.D Howe revenait sur son rôle en tant que chef du Bureau des fournitures de guerre, indiquant les épreuves que relevait ce bureau en terme d'administration et de distribution. Il insistait particulièrement sur l'importance du front domestique et sur le rôle de l'industrie canadienne en temps de guerre.

R.J. Inglis, Tailleurs pour civils et militaires

La compagnie R.J Inglis était un commerce de costumes depuis 1875 avec des bureaux à Montréal, Québec et Winnipeg, Manitoba. La compagnie fabriquait, réparait, et retouchait des habits civils et militaires et vendait par ailleurs des accessoires militaires comme des fourreaux pour les épées et des insignes pour les uniformes.