Se battre

Ordres pour la Milice, 1917

Promulgués à Ottawa, les Ordres de la Milice traitaient d’une variété de sujets, incluant les nominations et les affectations, les magasins et l’habillement, les certificats qu’obtenaient les officiers de milice, les employés à l’administration, et les services de cadets.

La Bataille d’Angleterre

Les combats aériens qui eurent lieu dans le ciel de l’Angleterre à l’été 1940 suscitèrent l’intérêt du public canadien – en partie grâce à l’efficacité de la propagande que produit le Ministère de l’Air britannique.

Une autre journée à Ipperwash

Le document intitulé « Part II Orders » traitait des questions personnelles : les nominations, les hospitalisations, les congés, les absences, les cours martiales, et tout autre changement de statut impliquant les individus logés au camp.

Voir le PDF: PDF icon A29 CITC.pdf

Aux électeurs du Nouveau-Brunswick

L’élection provinciale au Nouveau-Brunswick, tenue le 20 novembre 1939, vit le retour au pouvoir des libéraux d’Allison Dysart, qui promit aux électeurs de maintenir le cap alors que le pays entrait en guerre.

Une fin de semaine à la maison

Cette passe permit à Fleetwood Berry, de l’Artillerie canadienne, de s’absenter de la base pour la fin de semaine – peut-être pour visiter sa famille à Meaford en Ontario.

Se préparer à la guerre

Publié au début de la Deuxième guerre mondiale, ce manuel britannique (réimprimé pour le Canada) ne traite que des aspects de base de l’entraînement militaire, incluant une série de jeux offrant des instructions sur la connaissance du terrain.

Voir le PDF: PDF icon ATM 24 War.pdf

A l’intérieur d’une batterie d’artillerie

Comme la majorité des publications d’unités de la Première guerre mondiale, ce magazine contient des bandes-dessinées, des blagues, des histoires cocasses, et des nouvelles de la batterie. Une chronique régulière était intitulée «Les choses que nous aimerions savoir», figurant la question «Pourquoi sommes-nous toujours en déplacement ? Ne peut-on payer le loyer ?».

Voir le PDF: PDF icon OPip Xmas.pdf

Employer la carabine Ross

La carabine Ross était parfaite pour le tir à la cible, mais posait problème dans des conditions de combat – comme l’apprit à ses dépens la première division canadienne à Ypres en avril 1915.

Voir le PDF: PDF icon Ross Rifle.pdf

Un Mennonite Amish à la guerre

En décembre 1941, Earlus Gascho, de Kirkland Lake en Ontario, se déclara être objecteur de conscience, citant son appartenance à la congrégation de Baden-Wilmot de l’Église Amish mennonite. Cette correspondance traite des arrangements prévus pour un service alternatif.

Voir le PDF: PDF icon Gascho.pdf

Un symbole du service

Un chevron de service (devant être porté sur la manche de l’uniforme) était remis à chaque année pour le service d’outre-mer ; le certificat avait pour objectif de régler le problème des vétérans frauduleux.

Un témoin sur le front

Le romancier Arnold Bennett fut le premier écrivain de renom à être invité à visiter le front occidental pendant la Première guerre mondiale ; son témoignage fut publié à la fin 1915. Cette carte postale invite les lecteurs à faire l’expérience «des personnages pittoresques et émouvants du front».

Un homme respectueux des lois

Plusieurs jeunes hommes tentèrent de fuir la conscription pendant la Première guerre mondiale. Conséquemment, les autorités militaires octroyèrent des certificats aux hommes qui avaient respecté la loi et avaient enregistré leur nom aux registres gouvernementaux, comme preuve contre le harcèlement policier d’employeurs potentiels.

De la gymnastique pour les nouvelles recrues

Pour plusieurs nouveaux soldats, l’introduction à la vie militaire comprenait plusieurs exercices d’étirement, de souplesse et de gymnastique illustrés dans ce manuel datant de la Première guerre mondiale.

Voir le PDF: PDF icon PT tables.pdf

Bienvenue à Carberry

Pendant la Seconde guerre mondiale, Carberry, au Manitoba, fut le domicile de la Service Flying Training School du Plan d’entraînement aérien du Commonwealth britannique. Ce livre fut publié pour introduire les nouveaux étudiants à la ville et à ses habitants, et pour souligner leur contribution à l’effort de guerre des forces alliées.

Former des aviateurs en Colombie-Britannique

Patricia Bay fut la résidence des trente-deux unités d’entraînement opérationnel de la Royal Air Force, où l’on formait des aviateurs anglais, australiens et néo-zélandais, ainsi que d’une unité d’entraînement de la RCAF, et une base d’hydravions. «The Patrician» était la publication de la communauté de la RAF.

Voir le PDF: PDF icon Patrician.pdf

«Des premiers soins bien administrés peuvent sauver des vies»

Compilé en 1942, ce manuel traite de tout type de soins médicaux, des attelles orthopédiques au traitement des attaques au gaz.

Voir le PDF: PDF icon First Aid RCN.pdf

Des adieux aux membres de la loge

Lorsque les hommes de la loge King William joignirent le 105e régiment, les membres offrirent à chacun une bible de poche et leurs vœux de bon retour au pays lorsque le conflit aura pris fin.

Un fermier néo-Brunswickois en uniforme

Caleb Harrison, de Forest Hill au Nouveau-Brunswick, fut conscrit sous la Loi sur le service militaire en juillet 1918. Ces documents lui donnèrent congé du Camp Sussex en septembre 1918 pour raisons personnelles, et lui octroyèrent une dispense formelle en janvier 1919.

Certificat d’inaptitude médicale

La Loi sur la mobilisation des ressources nationales de 1940 appela les hommes à passer un examen en prévision d’un éventuel service militaire ; ce Néo-Brunswickois fut jugé médicalement inapte.

La conscription arrive au Canada

La conscription fut instituée au Canada en 1917, dans la controverse . Ce dépliant faisait partie des tentatives du gouvernement d’expliquer les raisons d’une telle mesure et la façon dont elle serait appliquée.

Voir le PDF: PDF icon MSA.pdf

Pages